Le partage des domaines

Introduction

L’entretien de Johanna Recchia a été enregistré le 4 août 2015 au Mas-de-Londres, près de Montpellier. Face à l’intégralité des collages et photographies qui composent cette édition, elle a spontanément choisi et décrit dix d’entre eux. Quatre de ces descriptions ont par la suite été retranscrites et reproduites ici. Sa lecture n’est pas un interprétation prescriptive de l’image, c’est un point d’entrée. Johanna a un domaine de recherche, l’archéologie, et une façon de s’exprimer, un idiolecte qui lui sont propre ; sa lecture est précieuse parce que spécifique. Cet entretien trouve sa place dans la lignée d’une série d’enregistrements qui oscillent entre recherche théorique et matière plastique. Dans cette optique, ces images auraient pu être données à lire à un biologiste sous-marin, un potier, un physicien… Le fait est que chaque lecture aurait eu l’intérêt d’apporter un éclairage à la fois précis et profondément singulier à ce corpus. Le texte est ouvert à l’interprétation au même titre que les images ou que leur juxtaposition. L’un ne justifie pas l’autre. Ce sont des objets palpables qui sont ici peints, photographiés, découpés, recomposés et reproduits. Ils n’ont plus d’échelle et le seul contexte dans lequel ils coexistent est celui de cette édition ; un corpus dont la logique interne est arbitraire et dont les lignes de partage sont instables et poreuses.

Le partage des domaines, 13 x 19,5cm, Rizograhie sur papier, collages, édition soutenue par le CEAAC, la MAGP et le Silence du Monde, 2015.

Crédit photographiques: Joséphine Mona.